Connect with us

Hi, what are you looking for?

La Relève

Grand de Demain -ahmed Bensemlali

Ahmed Bensemlali 27 ans, est originaire de Safi natif de Meknès à Agadir. Un jeune chef parmi les grands à l’institut Paul Bocuse.

Qui est Ahmed Bensemlali ?

Issu d’une famille très modeste, on a commencé de tout en bas de l’échelle.
J’ai grandi avec les gens du peuple « oueld che3b ». J’ai vécu dans plusieurs villes telles que, Casablanca, Safi, Meknès, Mohammedia, Oujda, Marrakech, et maintenant je suis installé en France.

Dès mon plus jeune âge j’étais déjà hyper actif, une boule d’énergie.
Mes parents avaient beaucoup soufferts avec moi. J’étais un révolté et j’ai connu la rue très jeune « m3a wlad derb ».
J’ai trouvé ma voie et puisé mon énergie dans le sport, ainsi que dans la musique, les sports de glisse et la guitare ; des éléments qui m’ont permis de m’évader.
Aucun projet d’école, ça ne m’intéressait pas. Je faisais le strict minimum pour passer.
Mon père était désespéré… Je n’étais pas trop présent pendant les cours.
Pour moi, il n’y avait que « la gratte et le surf ». C’était ce qui comptaient le plus pour moi, j’étais un vrai junky.

Le bac en poche de justesse, a la deuxième session. Un grand coup de chance.
Mais ça n’a pas suffit, mon père m’a demandé de faire un choix au plus vite et m’a dit que je n’avais plus rien à faire à la maison et que je devais partir.
Je n’ai jamais pensé devenir cuisinier, je voulais seulement surfer et vivre de mes passions. Pourtant, un jour, mon instinct m’a guidé vers cette voie.
Une voie ou il est difficile d’être accepté avec une moyenne de dix, et en retard pour les inscriptions.

Au final j’ai été pris à Vatel Marrakech, ou j’ai effectué 5 ans d’études en cuisine et en hôtellerie.

Ce qui m’a beaucoup aidé dans cette voie, c’est que ma famille cuisinait très bien, surtout ma mère et ma grand-mère. Elles ont énormément développé mon palais, et m’ont appris comment bien manger et savoir déguster.

Mes goûts étaient juste mais il me manquait de la technicité. Mon orientation professionnelle a été de mon libre choix et je devais pleinement l’assumer. J’ai fait de mon métier une passion supplémentaire en plus de mon mode de vie, jusqu’à ce que cela prenne une grande ampleur, ce dont je ne m’ attendais pas.

Après 3 ans d’études, j’ai eu la chance de pouvoir faire un stage en cuisine dans un petit château à côté de Lyon. Ce fut pour moi une révélation, c’est à cet endroit où j’ai connu la gastronomie et là ou j’en suis tombé amoureux. J’ai passé trois mois très dure. Mais j’ai appris trois fois plus vite.

A mon retour au Maroc, j’ai voulu tout arrêter.

Mes parents ne savaient plus quoi faire. Pourtant, c’était claire dans ma tête : « apprendre la gastronomie ainsi que les Arts Culinaires en France ».

Finalement , j’ai tout plaqué pour un billet aller / sans retour en tant que touriste. A la recherche d’un poste où d’une école afin d’approfondir mes connaissances.

Mes parents pensaient que j’avais besoin d’une semaine de vacances pour me sentir mieux puis enfin revenir.
Cela a duré trois mois, trois mois en Europe qui ont marqué ma vie à jamais.
Une aventure inimaginable vers l’inconnu.Seul, avec mon sac à dos et ma guitare. Une période intense, qui m’était improbable.
Cette période était si instable, qu’au final le destin m’a mené à l’institut Paul Bocuse.
Jamais je n’aurais cru un jour accéder à cette école. Juste le fait que la structure se révélait être un château, c’était quelque chose que je ne voyais qu’à la télé, avec un niveau extrêmement élevé.

Le problème financier fut un sacré frein pour mes parents, puisqu’il n’avaient pas les moyens de me procurer la somme même en sachant que j’étais accepté.

J’ai souffert pour l’avoir, surtout que j’avais déjà tout plaqué auparavant.
Il ne me restait que cette feuille d’inscription qui était pour moi, le ticket gagnant d’un rêve.

Ayant compris à quel point j’y tenais, mes parents ont finalement tout fait pour que je puisse accéder à l’Institut Paul Bocuse, tout au moins pour la première année.

C’est là où tout a commencé. J’ai tout donné. Chaque année était une chance pour moi de pouvoir continuer et de me permettre d’avancer. Donc je me suis investi au maximum,
j’ai eu la chance d’avoir un environnement tellement privilégié que j’avais une grande soif d’apprendre. Comme un enfant devant un stand de glaces, qui a envie de tout goûter.

J’ai fait mes preuves pendant 3 ans, ensuite , j’ai été recruté par le chef du restaurant pédagogique Davy Tissot.

Mon mentor, celui qui a cru en moi, et qui m’a pris, dans son équipe, en tant que sous-chef junior après avoir réalisé un stage dans son restaurant.
Deux ans et demi de travail acharné à ses côtés. J’ai énormément grandi et gravis les échelons.

Un apprentissage difficile suite à ma fin d’études, dont je sortais de trois années de formation pour lequel je devais gérer trois postes et transmettre mon savoir pour former dix étudiants.

Mes chefs, de l’Institut Paul Bocuse, m’ont appris la rigueur, l’excellence, l’exigence, la propreté, la technique, ainsi que l’organisation. J’ai bénéficié de tellement d’autres qualités que je ne les remercierai jamais assez. J’ai pu travailler avec des chefs de renommée de la gastronomie et pour de grandes maisons.

Actuellement, en poste de Sous-chef exécutif et formateur du restaurant pédagogique Saisons, étoilé au guide Michelin de l’institut Paul Bocuse.

J’ai remporté :

  • le premier prix concours « Trolliet MOF viande »
  • Le premier prix régional trophée « masse » sud
  • Le premier prix trophée « jean Rougié » en tant que coach avec un chef MOF 2004 Bocuse France

Aujourd’hui, je vise le Bocuse d’or, et si je pense a toutes ses étapes qu’il m’a fallu franchir pour arriver là où j’en suis aujourd’hui, je me revois encore sur le banc avec ma guitare et mon sac cinq ans auparavant…

Tout ça pour me dire que finalement, peu importe l’endroit où tu es né et dans quels circonstances, tu as vécu, tu as grandis..
Ne regrettes jamais ton choix et donne-toi tous les moyens pour y parvenir et réussir.

Il n’y a pas de secret, dis-toi que les gens qui t’aiment seront toujours présents pour toi et que seule , ta décision t’appartient si tu veux mener à bien ton chemin.

Ahmed Bensemlali

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous Aimerez aussi

Univers des Chefs

A ce jour, il est le Chef le plus connu de Madagascar qui détient 11 Trophées nationaux et internationaux.

Recettes Signature

Recette signature by chef malgache Lalaina RAVELOMANANA ambassadeur de la cuisine haut de gamme Malgache, il est aujourd'hui le chef exécutif de (MARAIS RESTAURANT...